« Retour à Reims » de Didier Éribond

« Mais que la mobilisation d’un groupe – le monde ouvrier et les classes populaires – par le moyen du vote pourrait bien se déplacer radicalement sur l’échiquier politique et donc se cristalliser dans le cadre d’un autre « bloc historique » avec d’autres secteurs de la société, dès lors que la situation globale (nationale et internationale) aura changé.

1/2

Follow

« Mais sans doute un certain nombre d’événements importants – grèves, mobilisations, etc. – devront se produire pour qu’une telle réorganisation advienne : car on ne se dissocie pas aisément d’une appartenance politique dans laquelle on s’est mentalement installé depuis longtemps […] et l’on ne se crée pas du jour au lendemain une autre appartenance, c’est-à-dire un autre rapport à soi et aux autres, un autre regard sur le monde, un autre discours sur les choses de la vie. »

2/2

@lunar j'ai l'impression qu'il écrit que les préférences politiques sont le principalement le résultat de l'environnement, et qu'on est in fine assez peu libres de choisir.

@lunar je pense qu'il a raison, mais que sans les exceptions, pour respirer, notre civilisation serait un peu triste.

@oz Il part aussi du principe que l'environnement. Dans le livre, il raconte comment une partie des ouvrier·es, très attaché·es au Parti Communiste, ont basculé (et leurs enfants encore plus) vers le FN. C'est aussi ça qui lui fait dire que mouvements sociaux pourraient changer ça de nouveau.

@lunar je comprends mieux. J'espère qu'il a raison, parce que ça me fatigue de devoir choisir entre l'extrême droite et les candidats du status quo.

Sign in to participate in the conversation
mastodon.potager.org

Un Mastodon pour la communauté du potager.org.