Follow

« Comment la non-violence protège l’État » par Peter Gelderloos

editionslibre.org/produit/prev

Les réflexions contenues dans le texte n'ont pas pris une ride, et mérite qu'on s'y attarde une fois de plus dans le contexte du retour à des formes d'action directe autour des enjeux climatiques.

(1/2)
Pas lu le bouquin mais assisté à une conf devant une assemblée composée à 99,9% de blanc.he.s. Discours superficiel sur pas mal de luttes, ultra exotisant sur les autochtones, les queers (surtout lors de la discussion/débat après).
Des réflexions franchement à la traine de toutes les évolutions des mouvements sociaux depuis le début des années 2000.

(2/2)
Des privilégié.e.s de la radicalité qui fantasment la violences parce qu'ils-elles ne la subissent pas, la découvrent à l'âge adulte et se font des frissons.
Le public de Gelderloos (qui soyons honnêtes lui ressemble) m'a donné envie de vomir.

@choriza
Le bouquin a un chapitre entier consacré au fait que de nombreux·ses militant·e·s prônant la non-violence se revendique de figure comme Martin Luther King Jr. dans une dynamique paternaliste qui efface de l'histoire de nombreuses formes de luttes du mouvement des Noirs aux États-Unis.
Du coup, je suis surpris par ta remarque sur l'éxotisation vu que sa démarche me semble au contraire de vouloir repopulariser ce qu'ont pu être des mouvements anti-racistes face au discours du pouvoir.

@lunar
Oui il en a parlé à la conf, et le seul passage du bouquin que j'ai lu c'est "la non violence est patriarcale", édité en brochure ya mille an.
D'où ma critique sur la superficialité de son propos : le mec il a vraiment une réflexion au ras des pâquerettes de son statut de privilégié.
Ce qu'il dit n'est pas faux, mais c'est le niveau zéro d'une pensée un tant soit peu intersectionnelle sur la violence.

@choriza
J'entends. Pourtant, ce qu'il dit fait écho à mes propres discussions avec des personnes prônant la non-violence et qui avait beaucoup de mal à entendre que c'était une forme de lutte de privilégié·e·s. Genre que les plans « on va s'accrocher jusqu'à se faire embarquer par les flics » sont des modes d'action beaucoup plus risqués pour des personnes victimes de racisme. En face, j'avais souvent du dénis.
Du coup, c'est dur de lire que c'est le niveau 0 vu ce que j'ai pu voir ailleurs… :D

@lunar
Le problème était visible à la conf : parler de violence/non-violence entre blanc.he.s sans se poser la question de comment les femmes, les queers, les autochtones, les racisé.e.s, les personnes avec diversité fonctionnelle ont analysé, réfléchi, articulé dans les luttes ce conflit dialectique violence/non-violence depuis des lustres... Ben on arrive à des discussions creuses et ethnocentrées.

@lunar
Et on un tocard de lundiAM qui dit à la tribune devant une salle comble que les autochtones sont écolo parce qu'ils ont un rapport différents à la terre sans que PERSONNE ne relève. Je ne me rappelle plus de sa phrase, mais c'est trouvable en vidéo en ligne 🤦🏽‍♀️
Ça et l'éternelle leçon de morale d'écolos petit.e.s bourgeois.e.s qui te disent qu'il faut arrêter de consommer.
(Les précaires tenaient à remercier pour cette vision profonde de l'écologie 👍🏽)

@choriza
Merci, je comprends mieux ta critique.

Je pense que le bouquin a le mérite de populariser une partie des ces réflexions auprès du public en question. Toutes les personnes que tu cites ont pour sûr fourni un important travail théorique et pratique… Malheureusement peu audible face aux discours du pouvoir. En tout cas, il me semble quand je rencontres de nouveaux militants. Peut-être que ça change ceci dit avec la diffusion plus large de contre-discours via les médias sociaux.

@lunar
Et encore quelques réflexions...
- sur la couv de cette édition : des éditeur-ice-s euro-blanc.he.s pour un auteur blanc état-unien font "littéralement" dire à une femme autochtones d'Amérique latine le titre du livre. Le regard situé privilégié de l'auteur est masqué par l'utilisation de cette image.

- aussi la question n'est pas de savoir si c'est l'action directe violente ou non-violente qui rend plus vulnérable les militant.e.s et activistes minorisé.e.s : dans quelle mesure ce faux débat élude la question de "qui décide des modes d'action collectifs dans les luttes ?"

@choriza
La remarque est juste. Le texte lui-même me semble prendre mes précautions suffisantes, mais je serais plus attentif sur la suite de ma lecture.

Bonjour @choriza
Votre échange est super intéressant ! Est-ce que tu aurais des conseils de lecture pour approfondir ces questions ?

@Ouanel
Ouh la, j'ai pas des masses de référence en lectures sur le sujet... Je dirais ptêt "Se défendre" d'Elsa Dorlin a des angles intéressants.

@choriza
Ah chouette, j'en avais entendu parler mais j'aurais pas fait le lien. Raison de plus pour me le noter; Merci !

Sign in to participate in the conversation
mastodon.potager.org

Un Mastodon pour la communauté du potager.org.